6.12 - Plainte contre l’État français pour crime d’État suivi de crime de guerre par les Comité VERITAS - ADIMAD - ADEP à la Cour d'Appel de Paris avec l'appui du Prince Sixte-Henri de Bourbon Parme - 2015

X - Les actions - Les actions en Justice

Le 3 mai 2014, dominant sa souffrance physique, Pierre Descaves m'a téléphoné, de sa chambre d'hôpital, pour me charger de vous transmettre la teneur du message qu'il souhaitait vous délivrer le 21 septembre prochain au congrès Veritas à Saint Laurent du Var.
...
Anne Cazal

 

entete

Sous le patronage et avec le soutien du Prince Sixte-Henri de BOURBON-PARME
BOITE POSTALE 21 – 31620 - FRONTON

                                                                                                                     

                                                                                       Colonel Jean-François CAPAROS
                                                                                     Commandant de l’O.C.L.C.H.G.C.G.*
                                                                                     Fort de Rosny
                                                                                     1 boulevard Théophile Sueur
                                                                                     93111 ROSNY SOUS BOIS

                                                                                                                                

                                                                                                           Fronton, le 15 janvier 2014

 

Lettre ouverte recommandée +AR N°1A 103 931 4774 9

Colonel,


Les trois associations que nous présidons : ADEP, ADIMAD-MRAF et VERITAS, représentant leurs 10.764 adhérents, ont décidé de déposer, conjointement, plainte contre X avec constitution de parties civiles auprès de Monsieur le Doyen des Juges d’Instruction près du Tribunal de Grande Instance de PARIS – Pôle Génocides et crimes contre l’Humanité - contre le crime d’Etat suivi de crime de guerre, suivi de crime contre l’Humanité, commis en Algérie à l’encontre de Français de toutes ethnies et religions, civils et militaires, à partir du 19 mars 1962 et dans les années qui suivirent.

Ces crimes sont imprescriptibles au regard des dispositions de l’article 213-5 du Code Pénal.

Les archives françaises nous étant inaccessibles, nous considérons que notre seul recours en faveur de la vérité historique de plus en plus falsifiée réside en ce dépôt de plainte que nous avons l’intention de porter devant les Tribunaux français, devant les plus hautes instances européennes, et jusqu’à l’O.N.U. tant que justice ne nous sera pas rendue, en propageant l’action entreprise tant au plan français qu’européen.

Nous considérons qu’il est de notre devoir de médiatiser d’ors et déjà notre décision le plus largement possible, et pour débuter notre action, nous vous serions reconnaissant de bien vouloir nous accorder un rendez-vous afin de vous exposer les mobiles purement humanitaires qui nous déterminent.

Dans l’espoir d’une prompte réponse,

Veuillez agréer, Colonel, l’expression de notre considération distinguée.

      

       Gabriel ANGLADE                                    Jean-François COLLIN                    Jean-Marie AVELIN
      Président de l’ADEP                                  Président de l’ADIMAD                  Président de VERITAS

signatures

                                                                                     

*Office Central de Lutte contre les crimes contre l’Humanité, les Génocides et les crimes de guerre.


Nous n'avons obtenu aucune réponse à ce courrier recommandé avec accusé de réception...

 

Informations supplémentaires